19/12/2011

PERSONNE N'EST ETRANGER, CAMARADE

blog_Idiocracy.jpg

 
Touvaritche Leroy lit les journaux gratuits et s'esbaudit de leur pauvreté littéraire. Cosmopolite militant et internationaliste convaincu, il défaille face à la dérive d'un pays qui redevient le "sien" maintenant qu'il lui fait mal, surtout quand il voit ce que ses concitoyens républicains lisent en chemin vers leur sous-job de merde.
 
Gardons-nous pourtant de nous gausser trop vite. Des gens très bien voient des signes de l'apocalypse dans le clip de la chanteuse mineure la plus haïe d'Occident ou une communauté de clowns dont toute la vie est un cirque sans sciure. Le pire, à défaut d'être certain, est si souvent vraisemblable...
 
Mais depuis quand un digne combattant de l'étoile rouge

 

 
1) ... se laisse-t-il abuser par le faux sentiment bourgeois capitaliste "d'appartenance" culturelle ?
 
 
"Mon" pays, arf ! Ca sent la moustache en guidon, le canotier, la fleur au fusil, le sacrifice imbécile pour le patronat !
 
Quoi de plus socialiste, progressiste, avant-gardiste qu'une novlangue articifielle, utilitaire, mêlant allègrement les idiomes de toute la planète ? Aux chiottes les langues mortes que s'échinent à remâcher les réacs et les nazis heureux qui sont nés quelque part ! Parlons le langage du peuple, qui  ne l'ouvre que pour ses besoins basiques, et pendons les derniers académiciens avec les tripes des derniers écrivains ! 
 
Le kikoolol sera le genre humain.
 
Il n'est pas tolérable que des inégalités de capital culturel servent à maintenir d'antiques dominations sexo-raciales : le jour où nous parlerons tous comme des adolescentes saoules du Bronx, l'humanité se sera rapprochée du paradis perdu qu'était le Communisme Africain Originel.
 
En outre, le globish ignore le masculin et le féminin, ce qui représente un grand progrès pour l'égalité entre individus-choisissant-d'etre-hommes et individus-choisissant-d'être-femmes. Et pis tiens, pour le même prix, c'est plus à la pointe que le français : les buveurs de bière chaude disent déjà human rights, les bouffeurs de grenouille en sont encore aux phallocrates droits de l'homme, l'coran d'la Mecque !
 

 

2) ... accepte-t-il de laisser la presse bourgeoise capitaliste lui dicter sa vision du monde, ou plus précisément ce qu'on en extrait de "newsworthy" ?
 
 
La vraie vie des  vrais gens du vrai peuple ouvrier se rit des gaudrioles de la presse toxique. Il y a, loin de leurs colonnes alarmistes vendues à la conspiration fascito-bourgeoise, tant de signes de l'avènement d'un meileur lendemain ! 
 
D'abord, les blancs ne font plus de gosses, ou les font avec leurs anciens esclaves, Spartacus se venge de Rome en brunissant ses enfants, belle revanche sur le maître  Blanc aux yeux bleus, couleur de l'UMP, y a pas de hasard ! Moins de blancs = moins d'oppresseur, sans passer par les méthodes fort peu gay-friendly de ce vieux macho sexiste qu'était Jean-Pol-Pot Sartre. Hier, nos camarades féministes avaient raison d'affirmer que le zgeg était une arme de destruction fasciste; faisons notre grande mise à jour idéologique et reconnaissons enfin que la bite brune est l'instrument de l'émancipation des masses prolétarienne de ce continent arbitrairement  nommé "Europe" et dont les frontières ne s'arrêtent pas à une pauvre mer intérieure ! 

 

 

Ensuite, loin de détruire stérilement la Marchandise, l'avant-garde du prolétariat mélaniné la vole, et elle est prête à risquer de mourir pour devenir riche. Quel pied-de-nez au capitalisme, qui prétendait faire la guerre dans les pays pauvres pour que règne l'abondance dans les pays friqués! Quand un Enfant du Soleil Place-Tarhihrise une blondasse, il rabat le caquet des fils spirituels d'Hitler; quand il vole un écran plat, il humilie les milliardentitaires qui prétendaient lui faire "de son plein gré vider les poubelles à Paris".
 

 

La plèbe a l'air de devenir de plus en plus conne ? C'est un mensonge ultralibéral de plus. Dans les FAITS, la classe ouvrière métissée prend son destin en main et s'affranchit des vieux et ridicules carcans d'une Académie de Dead White Males. La gratuité de sa presse est une revanche jouissive sur les eaux glacées du calcul égoïste, une démocratisation de la culture qui est une arme, ne l'oublions jamais. 
 
Touvaritche Leroy, soit tu as trop bu, soit tu t'es capitalobourgeoisement mis à l'eau ferrugineuse !

 

Commentaires

Le gars Leroy donne des leçons mais dans son quatrième paragraphe il ose un "Quand à la Métropole".
On va dire que c'est la pré-presse qui a merdé... ah mais non puisque c'est du web.
Sinon la mineure haïe machin, rien compris car le lien n'est pas bon.

Écrit par : GAG | 20/12/2011

Ppppunaise de style !!!...on dirait un ongle griffant une vitre ..c'est sans doute cela qui fera couver sous les cendres la vraie culture ..

Écrit par : chris | 20/12/2011

Écrire un commentaire