Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2012

SUPERHEROS ET SOUS-EXISTENCES

Est-il très charitable très intellectuellement risqué de flinguer un article paru dans Le Point ? Un baveux qui, sinon s'enorgueillit, du moins ne s'enchie point de honte d'héberger régulièrement les divagaSions (désolé) de l'ami BécHameL ?

Facilité. Bassesse. Vulgarité.

Tant pis. Approvisionnez-chargez.

On nous y convie à une réflexion d'une rare profondeur sur l'impact de batman sur la délinquance meurtrière des stazunis. Un mongoloïde drogué jusqu'aux yeux et à la tignasse anarchique couleur gouda s'offre un joli carton devant un cinoche ? Pas moyen d'accuser l'Internationale Breivikoise (quoique certaines journalopes yankees aient tenté de le faire avec l'adresse et la finesse d'un conducteur de tractopelle ivre-mort) ? Reste pas beaucoup de choix. Tout bad guy ne pouvant être relié à l'extremdrouate d'une manière même désarmante de malhonnêteté intellectuelle, relève fatalement du monde imaginaire. C'est donc la faute à la bédé.

C'est pas moi qui le dit, c'est Constance.

Constance nous dit aussi que les deux abominations jumelles connues sous le boborygme slavisant de Bogdanov étaient eux aussi des superhéros - et que leur avis sur la question mérite d'être recueilli avec le plus inflexible sérieux.

Je vous avais dit que ce serait trop fastoche.

Mais bon : c'est comme le kebab, le porno, les courses à l'hypermarché : pose au contempteur, tu y passeras quand même, alors détends-toi et jouis.

Donc :

Si un type commence à se prendre pour le djoquaire et se pique de plomber d'anonymes consommateurs d'holivouderies pour gamins trentenaires, c'est parce qu'il a trop lu de mangas.

Ce n'est pas DU TOUT parce qu'il a une vie de merde, sans avenir, sans risques, sans occasion de tester ses propres limites, sans gonzesse fixe et méritant qu'on lui soit fidèle, sans job où il ne se dessèche pas d'ennui et de frustration, sans une famille qui soit autre chose qu'une flash-mob d'étrangers se détestant par habitude.

C'est la fautes aux petits mickeys. Et c'est un grand débat, une question de société, qu'un nouveau drame incompréhensible, impossible à prévoir, totalement inédit à chaque nouvelle rediffe, qui la suscite.

L'explication est séduisante, notez.

Si tant de Blaques et de Tchicanos se pressent aux portes des taules privatisées du Yankeeland, c'est certainement pour la même raison, tiens !

Ah... on me souffle dans l'oreillette que y a pas des légions de superhéros issus de la Diversitude. Que ça aussi, ça nous ferait une belle grosse question de société, pendant qu'on y est.

Ce serait donc le manque de superhéros qui poserait problème ? Ou leur surabondance qui n'en créerait qu'auprès des toubabs ?

Faut-il interdire la lecture de telles horreurs génocidantes aux Faces-de-Craies et la rendre obligatoire à ces franges de la population connues pour leur amour très capricieux de la lecture ?

Putain la migraine.

Ca donne presque envie de se laisser pousser les tifs pour se les teindre.

27/07/2012

JOUER AU GAUCHISTE

fag.jpg

La plupart du temps, quand un réac se pique de battre un progressiste à son propre jeu, il offre un spectacle assez pénible, un peu comme Madonna qui cherche à nous faire croire qu'elle a toujours le physique de 1982 et qu'on est très intéressé en mâter des morceaux.

On peut ne pas être d'accord avec tout, et surtout ne pas avoir grand-chose à foutre de certaines des "évidences" qu'il assène, mais Gavin McInnes se sort plutôt bien de son numéro de transformiste :

Liberals have their hearts in the right place, but their brains are up their asses. Sure, being mean is bad and being nice is good. But when the data contradicts their feelings, they have a meltdown. Guns prevent crime. Logging helps forests. Affirmative action is racist. Illegal immigration doesn’t work and neither does welfare. Public unions are too expensive and the more money we spend on education, the less effect it has.

26/07/2012

PROBLEMES DE ROBINET

L'assassinat de toute une famille en Afrique du Sud, assorti d'un viol, d'une éviscération canine et diverses autres délicatesses, pose à nouveau le douloureux problème du passé fâschïyste du Portugal et de la sécurité dans les salles de bain. En effet, aucun témoin n'a pu affirmer que les victimes, d'ascendance portugaise, aient pris le temps de se repentir publiquement pour les crimes contre la Diversitude commis par Antonio Salazar, coupable silence qui rouvre les plaies d'un passé qui "ne passe pas".

En outre, il semble avéré que le fils ait trouvé la mort suite à une trop longue immersion dans de l'eau bouillante. Le porte-parole de l'Association Internationale des Plombiers et Installateurs Sanitaires, pressé de s'exprimer sur le sujet, a interrompu ses génuflexions dans le purin pour affirmer que ce tragique événement "n'aurait jamais dû se produire". Le gouvernement sud-africain pourrait avoir évoqué la possibilité d'une loi contre l'eau chaude - douloureux symbole de l'époque coloniale - mais la chair humaine encombrant la bouche du porte-parole laisse plâner quelques doutes sur les intentions réelles des autorités.

Il va de soi que la couleur de peau des accusés soulève de pénibles questions sur le racisme ordinaire, l'exclusion, la pauvreté, la discrimination, la méchanceté, l'esclavagisme et l'Holocauste.

(Merci à Pharamond pour l'inspiration)

LA DEFENSEUSE ET LES FINS CONNAISSEURS

Un vrai régal dans la gazette de BécHameL:

Sollicitée par Le Point.fr, Nora Présozi, l'adjointe au maire de Marseille, fervente défenseuse de la laïcité et des droits des femmes, refuse d'entrer dans cette polémique. "Effectivement, ce quartier regorge de femmes voilées, mais peu importe. Si on veut éviter une situation explosive, les policiers doivent impérativement appliquer la loi. Chaque citoyen a l'obligation de se soumettre au contrôle d'identité quand la situation l'exige, comme c'est le cas dans cette déplorable affaire."

Mais l'élue assume une certaine franchise. "Beaucoup de femmes vêtues de burqa cherchent l'affrontement avec les forces de l'ordre", assure-t-elle. "De ce fait, elles donnent une piètre image de l'islam, poursuit-elle. Or, pour les fins connaisseurs, la religion musulmane prône la paix et la tolérance."

clown.jpg

21/07/2012

"TU VERRAS, CA CHANGE TOUT"

Avertissement de l'entourage mâle, quelque part entre cruauté, ressentiment et désabusion - rapport au débarquement d'un moutard, l'aurez compris. On écoute, on hoche la tête, et on se dit qu'on verra bien.

Verdict au bout de trois mois : ça ne change pas grand-chose. Par contre, oui, ça complique tout.

Les apéros (apéri ?) improvisés qui dégénèrent en grandes mangeailles, les crapuleries spontanées, les sorties à l'arrache, on n'a pas à renoncer à grand-chose, mais là où il fallait avoir un coup d'avance pour que tout soit parfait, il en faut deux pour que tout ne se déroule pas trop mal.

On se fatigue beaucoup plus vite, surtout moralement, la faute au manque de sommeil, au moindre "temps libre" monopolisé par des impératifs de pouponnage divers et variés, les pleurs de digestion qui succèdent aux pleurs de faim, avant les pleurs de fatigue...

Gros changement : un temps de lecture comparable à la moyenne du Tiers-Monde, et on ne parle pas de l'écriture. Ce bleaugue s'en ressent.

A force de fréquenter des enfants, c'est fatal, on finit par repenser à sa propre jeunesse- Prochains bavardages : quelques observations sur l'époque préhistorique où yours truly n'était pas ouaciste, mais alors pas du tout, et sur la façon dont certains enculés bien intentionnés lui ont inoculé le joyeux virus de la Haine.

PS : nous sommes le 21 juillet, John Lord est toujours mort, BécHameL toujours pas.

15/07/2012

FOUTREBALL

Football has played a key role in the great emasculation of the White working class. Not only did it provide a perfect conduit for channelling working class energy and interest into a politically sterile realm. It also helped condition the White working class to their ethnic replacement by encouraging them to root for multi-ethnic teams. Instead of seeing non-Whites as "The Other," as invaders and colonizers of their land, the White working class was conditioned to see the increasingly multiethnic teams they supported as part of their extended tribal family. Instead "The Other" became rival teams and their supporters, in other words, other Whites.

Le début et la suite chez AltRtght.

13/07/2012

Black People Are Not Oppressed

10/07/2012

ANNEKE

08/07/2012

CARNET DE VOYAGE AU BOUT DE QUE DALLE

Grandiloquence lettreuse en guise de décoration outrancière de quelques notes qui traînent.

***

Lausanne devient quelque peu cradoque et épisodiquement, quelques-uns s'en émeuvent. Moi, depuis quinze ans, à chaque fois que je suis forcé d'y passer une journée, je trouve que ça ressemble de plus en plus à Genève, toujours plus crade, déprimant, les rues connaissant un spectaculaire accroissement de leur taux de dégaines improbables, de cinglés manifestes parlant seuls sans téléphone camouflé, d'espèces exotiques improbables.... Dans un quartier particulier, c'est le riant univers de la came qui donne des démangeaisons pas citoyennes à quelques-uns. Seringues, capotes, cuillères cramées, le tout à proximité d'une usine à chtits nenfants, point qui scandalise tout particulièrement. Moins peut-être que la mention des origines ethniques des vendeurs... Le socialiste Tosato, en charge justement desdites usines, déclare :

Moi-même, j’en ai marre de voir les dealers sur la place Chauderon. Je n’ai rien contre eux, mais lorsqu’ils me regardent en souriant pour tenter de me vendre quelque chose, cela m’énerve.

***

Dans la série "Vous êtes vraiment trop bon" : lu dans une offre d'emploi à Genève :

English is a must, spoken French is a big plus.

Une autre :

Answer will be given only to corresponding profiles and to applications in English

 

***

Un moment d'égarement... on se dit que les gens pour qui l'école publique est une entité démoniaque à abattre, n'employant que des tordus, exagèrent quand même la moindre... Et heureusement, la presse nous rappelle aux évidences.

 

***

Croisé lors d'une beuverie mondaine, un parfait inconnu avec qui je cause picrate me demande les trois albums que j'embarquerais dans une île déserte. Fastoche.

 

 

02/07/2012

IRON VIEILLE PEAU

versace.jpg

Ca m'a donné envie de réécouter The Number of the Beast...

the number of the beast.jpg

29/06/2012

XUL

24/06/2012

EDDIE MURPHY ENFIN DRÔLE

Un grand acteur fait son retour après des années de ratages et de rôles merdiques. 


Le défi du piment - Streaming

Ca faisait depuis Un fauteuil pour deux (1983!) que je m'étais pas tant marré. 

22/06/2012

IL N'Y AURA JAMAIS DE PAIX

landschaft.jpg

Il ne peut pas avoir de paix. Trop de ressentiments se sont accumulés chez Eux et chez Nous. 

Chez Eux, le dégoût, la déception, la vigilance "antiouaciste" (comprendre = la parano envers les Blancs envisagés comme une race homogène nuisible et tout ce qui découle d'eux politiquement et culturellement conçu comme une menace pour la sécurité et la dignité de l'Homme De Couleur) sont devenus plus que des réflexes : des piliers identitaires, des repères collectifs non-négociables. 

Tout allogène n'est pas forcé par la loi de choisir son camp ; mais les précédents existent : voir les pressions subies par Hendrix il y a bientôt deux générations pour être utile à la Cause Noire. De tous les camps politiques labellisé "extrêmes" par la bien-pensitude, l'Oscar de l'hydrocéphalie volontaire revient à toutes les déclinaisons de cette gauche qui imaginent qu'une réconciliation est possible - qu'elle soit au prix du sacrifice d'une poignée de nazis ou de juifs n'importe pas, la rationnalité du calcul évoque la relation d'Amy Winehouse avec les produits chimiques. On préfère encore de loin les suceuses de hyènes qui crachent OUVERTEMENT à la gueule des descendants de Gaulois et pour qui les restes calcinés de la Lutte des Classes passe par l'extermination des Faces-de-Craie : voilà de la haine bien franche, assumée, revendiquée, les dignes descendants des imbéciles White Panthers d'il y a un petit demi-siècle...  A l'étreinte qui étouffe, il faut toujours préférer le coup de pied aux balloches administré en toute connaissance de cause. On sait au moins à quoi s'en tenir. 

 

Chez nous, la gerbatoire crysalide de l'angoisse est encore loin de faire sa mue en spontueux papillon de haine, et les pressés, les hâtifs, les exterminateurs précoces en seront pour leurs frais de désillusion autodestructrice : la jouissive transformation n'est pas pour après-demain. Que ceux qui ont déjà passé ce stade fondamental abandonnent tout espoir d'émulation en la matière. Mais à l'erreur de la fausse joie répond le fourvoiement du désespoir erronné : la fracture ethnosociale est là, sous les sourires de circonstances, les slogans antiethniques braillés entre Visages Pâles inoffensifs, la fascination façon suicide sexuel pour l'alterité conquérante. Big Other fait peur, et il fait peur même sans capuche, sans barbe hirsute, sans burqa, sans gant noir au poing. Broutilles que tout cela : du jour où une loi a existé, ceux qui la respectaient ont conchié leur froc face à ceux qui la méprisaient, parce qu'ils se savaient leurs victimes désignées. C'est ce qui rend assez cocasse l'esthétique "apache" des Zids parisiens : face à la racaille moderne, tu n'es plus seul si tu deviens racaille façon XIXe...

Non : si Big Other fait peur, c'est par l'effroyable réactivité de ses nerf et sa fragilité face au moindre trait d'humour. Une paire de baskettes créée explicitement pour lui déchire sa sensibilité. Employer pour lui faire plaisir le même lexique que lui est un viol de sa conscience. Mentionner sa différence intrinsèque, même et surtout pour l'en féliciter, le plonge dans une stupeur épileptique. Bien plus que sa violence erratique, c'est sa sensiblerie de pucelle berserker qui tétanise Monsieur Moyen, qui ne sait jamais sur quel pied danser pour lui plaire assez et ne jamais le froisser. 

La trouille n'est pas le respect, même si les taches qui invoquent Tony Montana comme figure tutélaire font mine de le croire. Et on ne gagne l'estime de quelqu'un en rampant dans cent kilomètres de purin parce qu'un ancêtre inconnu est réputé avoir été méchant avec lui, il y a mille ans. 

 

D'un côté, une soif de revanche si atroce que seul un génocide complet pourra étancher. De l'autre, une terreur carrément psychotique de déplaire à des gens dont toutes les manifestations de haine à notre égard sont considérées a priori comme légitimes, justifiant les pires excès, les plus graves dépravations, les actes de guerre les moins humains. 

Il ne pourra jamais y avoir de paix. On accuse de cette fatalité l'insignifiante minorité d'observateurs qui en sont conscients et le disent à voix haute. Les réduire au silence n'y changera rien. 

19/06/2012

BASSES QUÊTES

Du moment que les institutions d'une démocouassie douadlomiste peuvent être ouacisses, et que le ouacisme peut frapper jusqu'aux mieux intentionnés des putanègues, pourquoi ne pas déceler des particules d'hitlérium radioactif dans une abominable paire de d'écrase-merde pour bantou de la banlieue?
 
Des chaînes aux pieds pour des baskettes, "Absolument pas une référence" ?  Sachant le type de population ciblé explicitement - et qui le sait si bien que ses représentants les plus instruits se fendent d'études à la gloire du swoosh blaque-friendly ? Fais-moi loler ! Vu personnellement au Yankiland : un afro arborant un ticheurte proclamant "retired slave" (pas retarded, s'il vous plaît). Heurter la sensibilité des Ladidonc en jouant sur la corde esclavagiste ? Elle est au coeur de leur identité militante, au même titre qu'Oswiecim et ses barbelés pour la tribu Kasher, ou les fessées administrées par les Croisés chez les ceusses qui prient cul au ciel ! 
 
"Y a aussi des Blancs qui en portent"...  Mais oui cocotte, des Blancs qui se prennent pour tels, qui ne cherchent pas le moins du monde à copier/voler le "style blaque" et ses cholies références au champ de coton, dont le tempo, n'est-ce pas, nous rappelle que cette "musique" y est née... Ca rappelle aussi le "nigger" de l'autre hiphopeux négramerloque, signalé quelque part ici, et censuré va savoir pourquoi... Il y a donc des références constantes et des clins d'yeux appuyés à l'exclavage qui sont citoyens et d'autres qui sont ouacisses. 
 
De toute manière, ces foutus Blancs, y a pas moyen de leur faire comprendre où est vraiment leur place. Soit ils te ouacistent colonialement la gueule, soit ils te piquent jusqu'aux moyens vestimentaire de lui faire sentir l'ampleur du fossé ethnique qui te sépare de lui, toi noble fils de la brousse. Combien de blonds croisés avec sur la bedaine le bon vieux FUBU - For Us By Us ? Sauf que ce "nous" ne t'incluait pas vraiment à la base, blanchette. 
 
Ceci dit, pas question bien sûr de râler et doléancer auprès des Correcteurs pour qu'ils lâchent la grappe à Monsieur Nike. Elles ont dû coûter un paquet de pognon, ces horreurs flashy-fétichistes, et d'imaginer que ça ne va rien lui rapporter du tout, lui qui proposait aussi aux post-humains de montrer leur non-ouaccistude en arborant des colliers pour chien au poignet, c'est un croustillant retour de manivelle.
 

14/06/2012

INSTITUTIONS

Les institutions sont en réalité la conséquence de nécessités sur lesquelles la volonté d'une seule génération d'hommes ne saurait avoir d'action. Pour chaque race et pour chaque phase d'évolution de cette race, il y a des conditions d'existence, de sentiments, de pensées, d'opinions, d'influences héréditaires qui impliquent certaines institutions et n'en impliquent pas d'autres. Les étiquettes gouvernementales importent fort peu. Il n'a jamais été donné à un peuple de choisir les institutions qui lui semblaient les meilleures. Si un hasard fort rare lui permet de les choisir, il ne saurait les garder. Les nombreuses révolutions, les changements successifs de constitutions auxquels nous nous livrons depuis un siècle constituent une expérience qui aurait dû fixer depuis longtemps l'opinion des hommes d'Etat sur ce point. Je crois d'ailleurs qu'il n'y a plus guère que dans l'obtuse cervelle des foules et dans l'étroite pensée de quelques fanatiques que puisse encore persister l'idée que des changements sociaux importants se font à coups de décrets. Le seul rôle utile des institutions est de donner une sanction légale aux changements que les moeurs et l'opinion ont fini par accepter. Elles suivent ces changements mais ne les précèdent pas. Ce n'est pas avec des institutions qu'on modifie le caractère et la pensée des hommes. Ce n'est pas avec elles qu'on rend un peuple religieux ou sceptique, qu'on lui apprend à se conduire lui-même au lieu de demander sans cesse à l'Etat de lui forger des chaînes.

Gustave Le Bon, Lois psychologiques de l'évolution des peuples, 3e ed., 1898

11/06/2012

DAMNED IF YOU DO, DAMNED IF YOU DON'T

Remarques gratuites, dispensables et non-sollicitées : 

° L'affaire est déjà vieille (un an dans l'actu politique = un siècle sur internet), s'est passée chez les yankis et n'évoquera rien à personne de notre côté de la flaque. S'y ajoute le fait que, dans le monde anglophone, l'accroissement des tensions raciales peut au moins être mentionné (même si c'est pour la minimiser ou la justifier auprès des pâles), ce qui n'est pas le cas dans la francosphère. Sur sa forme, cette sympathique petite animation n'a donc pas de pertinence pour nous. Elle a le mérite toutefois de souligner les trépanantes contradictions du discours officiel sur les questions ethniques, mais s'échiner à relever les couacs de l'ennemi, en fin de compte, relève essentiellement du trainspotting. 

° Le message à faire passer auprès de nos semblables n'est pas que le discours politkorrekt sur ces questions est contradictoire donc ridicule et à abandonner : ce qui importe est de faire comprendre, sur un plan beaucoup plus pragmatique, que le toubab est perdant, toujours et partout, dès que ces questions font surface, que c'est tout sauf un hasard, et que la contre-attaque, par tous les moyens nécessaires, est plus que légitime : elle est la seule option acceptable. 

° Souci principal : pour que ces questions soient débattues ouvertement dans l'optique que des décisions concrètes soient prises, il faudrait qu'elles fassent leur chemin jusqu'au coeur du Spectacle. Or la presse est juge et partie, tenter d'y faire sa place avec un discours dissident, c'est plonger sans oxygène dans un silo à purin. D'où le titre désabusé de la vidéo ci-dessus. 

06/06/2012

CLYSTERES DEMOCRATIQUES ET SAIGNEES CITOYENNES

 

 
Wow. 
Cause à effet. Plus on en parle, plus ça pousse certains à le faire, et plus certains le font, plus d'autres les imitent. Cercle vicieux. Génération spontananananée de nanananazis d'origines très Diverses. Horreur et vertive. Que faire, mais que faire ?
 
Option sioniste : forcer tous les juifs à faire leur Aliyah (pourquoi les romanos seraient les seuls à bénéficier d'une telle "aide au retour" ?), et laisser cathos et laïcards se démerder avec leurs néo-compatriotes de confession-de-paix-et-d'amour. Pas de juifs à persécuter = pas de possibilité matérielle d'acte ou même de pensée antisémite, comme Théo Herzl l'avait fort bien compris. Si vous êtes de sa tribu, permission de le penser et de le dire. Goy ou métèque ? L'exprimer est un Ochouitze verbal. Mais ça, c'est vieux comme l'humour, "juif" ou "antisémite" selon la longueur de la peau d'zob du narrateur. 
 
Option sécuritaire : au nom du principe de précaution (qui veut par exemple que tout ce qui a l'air d'être un peu de droite dure soit mis en quarantaine jusqu'à ce qu'il se confesse et se repente), considérer toute la communauté musulmane hexagonale comme un nid de terroristes et l'expulser massivement hors du territoire. Les membres d'organisations humanitaires qui n'auront pas, entretemps, été condamnées aux travaux forcés ou à l'expérimentation scientifique pour épargner les rats (qui eux au moins servent à quelque chose et vivent dans leur propre merde au lieu de l'exporter chez les autres au nom d'idéaux fécaux) seront autorisés à les suivre pour leur servir d'esclaves sexuels ou de nourriture.
 
A noter que les deux options ci-dessus peuvent fort bien se combiner.
 
Option qui sera choisie :
 
° continuer de considérer que les juifs, absolument égaux en tout aux non-juifs, et n'allez pas insinuer quoique ce soit de nozéabon, méritent quand même un chouia plus de protection que les autres égaux ;
 
° continuer de parler de nazisme aux toubabs, puisqu'eux seuls y sont réceptifs sans faire d'émeutes, en espérant que le spectacle sordide de leur reptation apaisera suffisamment les rancoeurs des Divers pour qu'ils se laissent tenter par les joies du relativisme, de l'individualisme, de l'arrivisme et du cosmopolitisme.
 
Copier et coller à chaque nouvelle démonstration de l'échec de la politique Benneton, jusqu'à ce que plus personne ne parle plus qu'un volapük afro-ghetto-mohamongolito, et que tout le monde soit si abâtardi que l'explosion de violence erratique qui deviendra le quotidien ne puisse plus être présentée comme une conséquence du ouacisme des riches blancs de droite.
 
La guerre civile permanente entre Citoyens Divers et Egaux, c'est mieux que la paix entre toubabs - telle est la sagesse des temps modernes, appliquée avec le bonheur que l'on sait à Détroit, Port au Prince, ou Prétoria. 

 

05/06/2012

ZOMBIES : ENCORE UNE FAUSSE ALERTE

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, agence gouvernementale américaine, se sont sentis obligés de signaler au Huffington Post que les récentes affaires de cannibalisme aux Etats-Unis ne sont pas à mettre sur le compte d'une épidémie de zombification. A leur connaissance, "aucun virus ne réanime les morts". 

Voilà voilà. 

J'ai beau chercher, je ne trouve pas de commentaire pertinent à la hauteur d'une telle information. Il faut peut-être que je vérifie que mon pouls bat toujours et si je ne ressens pas une étrange envie de manger de la cervelle. 

Dans le même temps, toujours au stazunis, il est également de bon ton de continuer à croire et affirmer que si les Noirs sont plus souvent en prison que les Blancs, c'est parce que le système judiciaire est contrôlé en douce par le Klan, et que les comportements absurdes, meurtriers et autodestructeurs de certaines minorités s'expliquent avant tout par le manque de moyens financiers et d'éducation. Alors au point où on en est, pourquoi pas envisager la piste vaudou ?

A partir du moment où on franchit le pas de nier la réalité, il n'existe pas de limite objective calculable au déni et délire collectif. 

03/06/2012

GUERRE EN DENTELLE ET GUERRE TOTALE

backwards-gun.jpg

Zemmour saqué à RTl, on s'en émeut jusqu'en Chuiche. Dans Le Matin de ce dimanche Despot dénonce le danger liberticide de la gauche au pouvoir. Sur la même ligne, Decaillet s'était déjà formalisé quelques jours plus tôt.

Mais il n'est pas question de "liberté", il n'est question d'aucun principe universel, d'aucune "dérive" au sein d'une société stable où l'essentiel va bien sans qu'on se pose la question. Il est question d'un point de détail (j'aurais pu m'empêcher, oui) de l'histoire de la Troisième Guerre Mondiale, celle que les Epurateurs mènent aux Européens et descendants d'Européens partout sur le globe.

Oui, je ne vais pas très bien dans ma tête, mais non, je ne fais pas de Zemmour un combattant de la cause européenne. Je dis que même un Peuplélu qui se hasarde à faire la fine bouche sur certains éléments du discours antiblanc peut se prendre un coup de règle sur les doigts. C'est aussi arrivé à un Dieudonné, que son métissage - que nos Correcteurs devraient d'ailleurs rebaptiser  "haute valeur raciale ajoutée" - et des années de loyaux services n'ont pas protégé de la mise sur la touche. Comme quoi, si le recours systématique à la Race Card ne vous convainc pas toujours, vous n'êtes même pas sûrs de pouvoir la jouer à votre avantage le cas échéant... On pourrait y voir une forme de "jurisprudence Zimmermann", cette alchimie ethnologique stupéfiante qui peut transformer en une seule nuit un bâtard chicano en "latino blanc".

Selon que vous nuirez ou non à l'éviction des toubabs, les jugements de cour vous rendront littéralement blanc ou noir. 

Les "valeurs" dont se réclament les castrateurs du langage, les assassins de la VRAIE mémoire - la nôtre, pas celle de sectaires monothéistes shoahmaniaques - et tous les maîtres-censeurs NE SONT QUE DES OUTILS pour imposer leur pouvoir. Ils ne croient pas à la liberté, à la tolérance, à la diversité. Ce ne sont là que pieds-de-biche médiatiques pour désarmer l'adversaire, pour le forcer à ne pas se défendre quand ils l'attaquent. Entre les mains dudit adversaire, ces outils de chantage affectif deviennent subitement mauvais, fragiles, "détournés", cyniquement manipulés etc. 

Je ne suis pas d'accord avec votre identité et je me battrai jusqu'à la mort pour qu'elle disparaisse. Les voilà, vos Voltaires modernes. 

Ne leur reprochez pas leurs incohérences : ils sont au contraire d'une implacable rigueur, si l'on ne s'arrête pas à la surface, aux bruits de leurs vesses de bouche. Ils ne prêchent la tolérance, le relativisme, la décadence, l'ouverture que pour les EFFETS NEFASTES que ces choses entraînent sur une société qu'ils haïssent et qu'ils veulent renverser. C'est l'histoire de toutes les révolutions de type socialiste depuis deux siècles : une fois au pouvoir, ils pratiquent exactement l'inverse, parce qu'ils n'y ont jamais cru, parce qu'ils sont intrinsèquement totalitaires, parce que le vrai pouvoir ne se partage pas.

Leur complaisance coupable avec la négritude, "nazisme noir" qu'ils devraient dénoncer s'ils étaient le moins du monde intéressés par les idées et leur défense conséquente, ne s'explique QUE parce qu'il est un moyen de faire violence à l'identité européenne, de corrompre le toubab par ses femmes. Ils savent parfaitement le potentiel de dégoût et de rejet de ce qu'ils prônent, et ne le font QU'A CAUSE de ce potentiel. Eux-mêmes ne se reproduisent qu'entre eux, que ce soit sur la base de l'ethnie, du rang social, ou de l'appartenance au même réseau. Pareil pour leurs accointances avec les imams, alors qu'ils vomissent les curés depuis quinze générations de militants: une bondieuserie qui permet de saper les bases de la civilisation européenne est bonne à prendre. Au vu du nombre de mélaninolâtres qu'on trouve chez les chrétiens contemporains, on ne pige d'ailleurs pas très bien la vigueur de leur anticléricalisme, qui risque de froisser bien des alliés objectifs de leur gerbatoire entreprise. 

Elément central de leur cohérence, le but auquel ils ne renonceront jamais, la ligne générale qui unit toutes leurs factions dissidentes, qui met subitement d'accord sionistes et islamistes, qui réconcilie la City et Occupy Wall Street, qui fait coucher chiens et chats ensemble, c'est l'élimination par tous les moyens de la domination du mâle blanc hétéro sur ses terres historiques. 

Tout le reste est accessoire, poudre aux yeux, fichaises, décorum, langage automatique, bredouillis mongolien. La redistribution des richesses ? La préservation des ressources naturelles ? La lutte contre l'obscurantisme ? La dénonciation du néolibéralisme ? Secondaires, négligeables, à peine conceptualisés, amuse-bouche idéologiques. Leur haine folle culmine face au toubab qui ne s'excuse pas de l'être. C'est lui l'objet de toute leur rage. Rabattre son caquet, briser son arrogance, détruire son estime de soi, saccager son héritage, rien d'autre n'importe. 

Contre cette guerre d'agression menée à tout ce que nous sommes, contre ces enculés assumés qui ne reconnaissent aucune innocence ni circonstance atténuante, ces fausses couches de chacal pour qui notre crime est simplement de vivre sous une peau de Blanc, il n'y a pas de grands principes qui tiennent. Aucun appel à la raison n'a de sens, aucun sermon, aucun rappel à la décence ou au respect de leurs propres mensonges. Autant espérer décourager un violeur en lui récitant du Simone de Beauvoir - ce qui à la réflexion pourrait même être plus efficace. 

La droite classique s'imagine triompher dans un combat libre, où tous les coups sont permis et surtout les plus vicelards, en respectant strictement les règles du judo. C'est son fichu côté bien-comme-il-faut, sa belle, vaine et suicidaire aspiration à la rectitude. Elle se condamne donc à l'échec, à l'humiliation, au ridicule. A chaque coup de pied dans les tibias, chaque claque dans les couilles, chaque morsure, elle hurle en direction de l'arbitre, exigeant qu'il intervienne. Elle ne pige pas qu'elle se bat précisément contre l'arbitre, puisque la grille de lecture médiatique reste éternellement anti-conservatrice, anti-traditionnaliste, anti-toubab, aveuglément hostile à tout ce qui ralentit l'éviction définitive de Monsieur Moyen, sa négrification, sa cassure psychologique, sa repentence héréditaire.

Un commentateur de droite, ou simplement un poil sceptique face à l'infaillibilité des pontifes de la Grande Correction, c'est un poulet qui s'invite dans le terrier du renard avec un code de déontologie dans le bec. 

* * * 

“what they want is a quite deliberate double standard where blacks are allowed the racial consciousness whites are denied.”

I’ve said it before and I’ll say it again. Stop complaining about a double standard, and see the truth.

For the left, there is no “double standard”; there is a single standard, universally applied, and it is this:

Fuck you, whitey. No matter what the facts are, no matter what the circumstances are, just fuck you, whitey. Die, white man.

That is the core of their belief. They are not your loyal opposition, with whom you can argue in good faith. They are your deadly ENEMIES, who want you exterminated from the face of the earth. And they don’t care about any abstract principles, their only true principle is to exterminate YOU. They are more than happy to pretend that there are outside standards or principles of fair play, because so long as you believe that, then they have the advantage.

Remember: whenever a leftist/liberal/anti-racist opens his mouth, all he is really saying is: Die, white man. Fuck off and DIE.

31/05/2012

LAST INTOXICATION